L’innovation frugale consiste à faire plus, avec moins, en visant à l’accessibilité pour le plus grand nombre.

C’est un thème émergent de la littérature académique. Paradoxalement, assez peu de travaux lui ont été consacrés dans le monde francophone, alors qu’il existe déjà un réseau international de recherche ouvert sur ce sujet et que des centres lui sont dédiés en Amérique du Nord et en Europe (B. Haudeville, D. Wolff).

Qu’est-ce que l’innovation frugale

Navi Radjou est l’un des théoriciens de l’innovation frugale. Son parcours explique sans doute en partie le fruit de sa réflexion. D’origine indienne, il a étudié en France et travaille aux États-Unis, dans la Silicon Valley, le temple de l’innovation.  Le sous-titre de son ouvrage référent, qui développe le concept d’innovation frugale, ne souffre d’aucune ambiguïté : Frugal Innovation – How to do More With Less.

Dans cet ouvrage, il explique le chemin à suivre pour innover – créer davantage de valeur économique de façon responsable sur le plan social et environnemental – tout en mobilisant peu de moyens technologiques, humains et financiers. Il développe de nombreux cas, provenant d’Inde, où les innovations émergent dans la rue, et non dans les laboratoires. Il rappelle que les ingénieurs indiens font face à des carences élémentaires comme l’accès à l’eau, à l’électricité, etc. Ce contexte extrêmement contraint stimule l’inventivité et l’ingéniosité, afin de compenser le manque de moyens en tout genre.

L’innovation frugale, en plus d’être « économe », semble déboucher sur des produits immédiatement en phase avec la réalité du terrain. En effet, la distance habituelle entre l’ingénieur, dans son bureau d’études, et le consommateur final est souvent telle que les produits innovants ne sont pas toujours en adéquation avec les besoins. En moyenne, on estime à 85 % le nombre d’innovations « échouant » moins d’un an après leur lancement. Cette statistique rappelle le décalage effrayant entre l’offre et la demande, et l’inadéquation des modèles classiques d’innovation.

L’exemple de la Dacia Logan

La conception de la Dacia Logan est l’exemple emblématique de l’innovation frugale en France. Ce cas pratique rappelle la nécessité d’intégrer la notion de besoin réel du client, dès la conception d’un nouveau modèle. Jusqu’alors les constructeurs automobiles se livraient une course sans merci, à celui qui développerait des options plus extraordinaires les unes que les autres. Le prix allant de pair, nombre de ces véhicules sont devenus inaccessibles pour bien des consommateurs.

Pour Renault (2004), il s’agissait de développer un véhicule solide, fiable et sécuritaire pour moins de 5 000 euros. Afin de relever ce défi, il fallut repenser le mode opératoire des bureaux d’études : supprimer les options non essentielles ; privilégier les technologies et les pièces détachées déjà existantes et fiabilisées.

… Le succès fut immédiat et fulgurant!!!

L’innovation frugale… ou la capacité pour tous d’innover

L’économie des ressources pour une croissance durable doit devenir le levier de la création de valeur pour l’entreprise. En se focalisant prioritairement sur l’usage et le niveau de qualité attendu pour le client final, l’entreprise peut rationaliser ses budgets R&D, limiter ses risques de mise sur le marché et s’engager sur le chemin de la croissance durable.

L’innovation frugale s’inscrit dans une double logique de rationalisation des coûts de développement et de rupture du paradigme dominant.

Elle remet en cause le processus d’innovation traditionnel, fondé sur l’offre – Technology Push. Cette approche s’avère particulièrement onéreuse pour les entreprises. Elle est principalement adaptée au contexte économique de la firme multinationale qui, seule, est en mesure de mobiliser des lignes budgétaires aussi importantes en R&D. Les nombreux cas illustratifs de la frugalité démontrent l’intérêt d’une approche par la demande (Demand Pull).

Elle ouvre de nouvelles perspectives de croissance pour des entreprises qui jusqu’alors n’avaient ni les moyens, ni la taille critique, pour faire de la R&D. Dans le contexte actuel, il semble judicieux de privilégier un modèle économe en ressources physiques et financières.

Par ailleurs, cette approche bénéficie d’un écho sociétale très favorable dans un contexte de tension autour des conséquences environnementales de notre mode de développement. Elle est en parfaite cohérence avec l’économie de la fonctionnalité et, donc en mesure de limiter les conséquences néfastes de la consommation de masse tout en maintenant de réelles perspectives de croissance pour les entreprises.

Ainsi, cette nouvelle manière d’envisager la R&D présente de très nombreux avantages. Même si dans la pratique, l’innovation frugale commence à être enseignée dans les écoles d’ingénieurs, il apparaît que les entreprises ne sont pas encore familiarisées avec cette approche. Il semble qu’elles ont intérêt à se faire accompagner pour en tirer rapidement tous les bénéfices escomptés!

Dominique WOLFF

Photo bouton de Dominique WOLFF, DG de WOLFF Consulting, expert en RSE

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wolff Consulting

212, avenue de la Libération,
72000 Le Mans

Tel: +33 (0) 6 59 83 15 25
Email: contact@wolff-consulting.fr